C.réf Bâti-Contrôle

Questions et Références

FAQ :
 
Une définition de la mission : Contrôle de l'Étanchéité à l'air des Bâtiments

Consultation des marchés publics et privés

Type de prestations

Réponse :

La prestation du contrôle de perméabilité à l’air des bâtiments est un marché de Service et non pas un marché de Travaux.

Le contrôle de perméabilité à l’air des bâtiments n'apporte rien en terme de construction, il intervient au même titre qu’un bureau de contrôle,c’est donc bien un marché de service.

Les pièces de consultation

Réponse :

L’objectif : Demande de Label oui/non

La méthode : Complète ou Échantillonnage

La valeur cible recherchée de l’indice : I4 ou n50.

Des pièces écrites:

Un jeu de plans avec vue des étages, coupes, façades (obligatoire)

L’étude thermique(obligatoire)

Le N° de PC en cas de Label

La SHON en cas de Label

 


Organismes certificateurs

Qui est autorisé à faire les contrôles de perméabilité à l’air:

Réponse :

Depuis 2011, seules les personnes autorisées par QUALIBAT, ayant satisfait au référentiel de compétence et indépendants juridiquement sont habilitées à faire les mesures de perméabilité à l’air dans le cadre d'une demande de Label ou d'un contrôle de la future réglementation RT2012. Idem dans le cadre des Plans de Prévention Technologique, seules les personnes formées et référencées auprès de CETE de Lyon sont autorisées à passer les mesures et faire les prescriptions.

QUALIFICATION 8711

QUALIBAT :

http://travaux.qualibat.com/mon-projet-de-travaux/mesure-de-permeabilite-a-l-air-des-batiments

CETE Lyon :

http://www.cete-lyon.equipement.gouv.fr/actions-de-formations-r107.html

Le Maître d’Ouvrage doit choisir son Bureau de Contrôle afin de faire valider son projet auprès des Organismes Certificateurs.

CEQUAMI - CERQUAL - CertiVéa - PROMOTELEC

Les Organismes Certificateurs tels que «PROMOTELEC» ne font pas de mesure de perméabilité à l’air.

L'organisme Certificateur recueille l’ensemble des pièces fournies par le Bureau d’Étude Thermique,l’Architecte, le Maître d'Ouvrage et le Bureau de Contrôle de la perméabilité à l’air, afin de Labelliser le projet.


Mode opératoire perméabilité à l’air. (Source CETE lyon)

Interprétation du terme "ensemble" au paragraphe 5.1.1 du guide d’application :

Réponse :

Le terme "ensemble" désigne un bâtiment.L’échantillonnage se fait par bâtiment, même si plusieurs bâtiments font partie d’un groupe de bâtiments ayant le même permis de construire.

-

Comment doit-on appliquer les règles d’échantillonnage dans le cas de plusieurs bâtiments collectifs exactement identiques?

Comment doit-on appliquer les règles d’échantillonnage dans le cas de plusieurs bâtiments collectifs?

Réponse :

L’échantillonnage se fait par bâtiment (même si les bâtiments ont le même permis de construire). On doit sélectionner pour chaque bâtiment :

- 3 logements s’il en compte moins de 30

- 6 logements s’il en compte plus de 31

Par exemple, dans le cas d’une opération de 4 bâtiments collectifs comptant chacun 10 logements, On doit sélectionner (conformément aux règles techniques) 3 logements par bâtiment. On doit donc réaliser 4*3=12 mesures au total.

2ème exemple : un permis de construire regroupe 5 bâtiments de logements collectifs avec 9 appartements chacun et 15 maisons individuelles.On doit mesurer 3 logements (sélectionnés selon les règles d’échantillonnage) dans chacun des 5 bâtiments collectifs et
on doit mesurer 3 des maisons individuelles soit au total (5*3)+3=18 mesures.

Le raisonnement se fait par bâtiment, en cas de doute sur les limites du bâtiment (cas de bâtiment avec plusieurs entrées) on doit se reporter à l’étude thermique pour déterminer le nombre de bâtiment. En règle générale un bâtiment à plusieurs entrées ne constitue qu’un seul bâtiment.

-

Dans le cas de mesure par échantillonnage, que faire si les mesures ne sont pas conformes sur le premier échantillon?
Si la moyenne pondérée suite à la mesure dans 3 ou 6 appartements (choisis par échantillonnage) ou si une des 3 mesures sur des MI groupées conduit à une non conformité. Quelle procédure adopter?

Réponse :                                                                                                                                                                                                                                                    

Si les tests dans l’échantillon n°1 ne sont pas conformes:

le Maître d'Ouvrage doit apporter les mesures correctives nécessaires dans l’échantillon 1 pour que les mesures deviennent conformes sinon le bâtiment (ou les MI) sera déclaré non conforme

On  mesure un échantillon n°2 totalement différent du premier: il applique la même règle d’échantillonnage mais exclut les logements du premier échantillon.

Si les mesures avec l’échantillon 2 sont conformes le bâtiment (ou les MI) sera déclaré conforme

Si les mesures sont non conformes, des mesures doivent être faites dans l’ensemble des logements.

-

Qu’appelle-t-on "maisons individuelles groupées"?

Réponse :

Des maisons individuelles groupées sont des maisons qui ont le même permis de construire.

Les règles d’échantillonnage ne sont pas applicables à des maisons n’ayant pas le même permis de construire, même si ces maisons sont identiques.

-

ATTENTION

Quelle valeur de Q4Pa-surf retenir dans le cas d’un échantillonnage de MI groupées? et collectif?

Réponse :

Dans le cas des MI groupées les règles d’échantillonnages décrites dans le GA P 50-784 précisent que seules trois maisons (sélectionnées en fonction de leurs architectures) peuvent être mesurées.

Pour satisfaire l’exigence BBC-Effinergie- RT2012, sur l’ensemble des MI groupées, les trois maisons mesurées doivent avoir une perméabilité à l’air inférieure ou égale à 0.60 m³/(h.m²).

L’échantillonnage ne peut en aucun cas permettre de justifier une perméabilité à l’air strictement inférieure à 0.60 m³/(h.m²) pour un groupe de maison (même si les trois maisons mesurées ont une perméabilité strictement inférieure à 0.60m³/(h.m²)).

Cette règle ne s’applique pas pour les mesures en collectif résidentiel et en tertiaire. L’échantillonnage permet par convention de calcul d'utiliser le résultat comme valeur globale.


-

Comment mesurer les bâtiments tertiaires.

Réponse :


La possibilité d'échantillonner n'intervient que dans un troisième temps c) du guide le petit b)

L’opérateur démontre qu’il dispose du matériel nécessaire pour réaliser l’essai conformément au § 5.3.4 de la norme NF EN 13829, notamment qu’il lui est possible de générer une pression ou dépression suffisante au regard de la volumétrie du bâti et de la perméabilité à l’air visée.

Voici un ordre de grandeur pour un bâtiment dit "de grand volume" d'après la règle de conversion Q4 en n50, mais qui doit être calculé d'après les données de l'étude thermique propre au projet.

Exemple, dans le cas d’une opération sur un bâtiment tertiaire de bureau d'une dimension de 50 mètres de long et de 20 mètres de large, avec une hauteur sous plafond à 3.5 mètres et composé d'un R+3.

Q4=0.6m³/(h.m²) -------> n50 = 0.96 vol/h soit un banc d'une capacité de 9 565m³/h
Q4=1.20m³/(h.m²) -------> n50 = 1.91 vol/h soit un banc d'une capacité de 19 131m³/h


Il sera bon d'arrondir au minimum à l'unité supérieure dans le cadre d'une mesure à réception, afin de sécuriser la mesure.
Le banc aura donc une capacité de 10 000m³ à 20 000m³ en fonction de la valeur cible recherchée.
La phase chantier étant plus délicate, car souvent dégradée. 3 à 5 vol/h peuvent être nécessaire.

Il est important que le Maître d'Ouvrage fixe clairement ses objectifs afin de pouvoir répondre correctement à la mission.

L’opérateur doit  pour ça, vérifier qu'il dispose du matériel nécessaire par rapport aux objectifs et à la volumétrie. Si ce n'est pas le cas cela ne constitue pas une raison pour ne pas faire la mesure dans son ensemble.

-

Exemple de raison :

Les zones ne sont pas toutes aérauliquement jointes, etc.

Réponse :

Si la mesure dans son ensemble n'est pas possible on doit mesurer zone par zone mais toutes les zones du bâtiment, soit 100% du bâtiment. Rares sont les bâtiments où l'on ne peut pas  justifier que l'on ne peut  pas mesurer toutes les zones.(accès sécurisé, danger,…..)

Les zones sélectionnées doivent être représentatives des systèmes constructifs du bâtiment. Ces zones représentent au total un minimum de 20 % de la surface déperditive du bâtiment,dont au moins la moitié ne se situe pas au dernier niveau du bâtiment si celui-ci en comprend plusieurs.

-

Règle de l’échantillonnage en tertiaire avec ( accès sécurisé, danger, .....)

Réponse :

L’échantillonnage n'est possible que si l'on justifie que l'on ne peut pas mesurer le bâtiment dans son ensemble et que l'on ne peut pas mesurer toutes les zones séparément.

L’échantillon doit être représentatif des systèmes constructifs du bâtiment. Ces zones représentent au total un minimum de 20 % de la surface déperditive du bâtiment, dont au moins la moitié ne se situe pas au dernier niveau du bâtiment si celui-ci en comprend plusieurs.

Les 20% signifient que si l'on fait la somme des parois déperditives des zones mesurées on doit obtenir une valeur au moins égale à 20% de l'Atbat

Mais cet échantillonnage n'est possible que si l'on justifie que l'on ne peut pas mesurer le bâtiment dans son ensemble et que l'on ne peut pas mesurer toutes les zones séparément.

-

Comment réaliser une mesure dans un bâtiment mixte tertiaire/habitation?

Comment obtenir une valeur de perméabilité dans un bâtiment qui regroupe une zone de logement et une zone tertiaire, les deux zones étant ou non aérauliquement liées?

Réponse :

Dans ce cas deux possibilités se présentent:
1/ La plus probable: deux études thermiques ont été réalisées ou bien les deux zones sont considérées comme deux bâtiments différents dans une seule étude thermique.
Dans ce cas il est possible d’entrer dans le calcul thermique deux valeurs de perméabilité. La valeur pour la partie résidentielle peut être obtenue par échantillonnage.

2/La moins probable: les deux zones sont considérées dans l’étude thermique dans le même bâtiment.
Dans ce cas il est possible d’obtenir la valeur de la perméabilité pour l’ensemble du bâtiment en faisant une moyenne pondérée par les surfaces de parois froides hors plancher bas. La valeur de la perméabilité pour la partie résidentielle pouvant être obtenue par échantillonnage et celle pour le tertiaire par une mesure de la zone dans son ensemble.

Par ailleurs, si les deux zones sont aérauliquement liées une mesure du bâtiment dans son ensemble est possible.

-

Comment mesurer l’étanchéité à l’air d’un EHPAD, d’une cité universitaire ou d’un foyer de jeunes travailleurs ?

Réponse :

Ces bâtiments ne sont pas des bâtiments de logements collectifs, une mesure par échantillonnage sur les chambres n’est donc pas conforme à la norme. Pour que la mesure soit conforme à la norme, cf. §5.1.1.4 du GA P 50-784, elle doit être faite sur le bâtiment entier (sauf justification). La mesure doit en particulier être conforme à la norme si une valorisation est faite dans le calcul thermique.

-

L’échantillonnage tel qu’il est définit dans le guide d’application de la norme est-il possible dans le cas de la rénovation?

Réponse :

Dans le cas d’un immeuble entièrement et uniformément rénové la perméabilité à l’air du bâtiment peut être évaluée en appliquant les règles d’échantillonnage définies dans le Guide d’application(GA P 50-784) de la NF-EN 13829.

En revanche dans le cas de maisons individuelles rénovées les règles applicables aux maisons individuelles groupées neuves ne s’appliquent pas.



Nos principales références :
 
Thermographie

SNCF - Aéroport de Saint Exupéry
Ernst & Young - Tour Oxygène
Police Scientifique - SGAP Lyon
Mairies : Pathologies ou Sinistres.
Particuliers : Diagnostic Thermique

Infiltrométrie

Région Rhône -Alpes -Bâtiments d'Enseignements
Région PACA - Bâtiments d'Enseignements
Communautés de Communes - Espace Culturel - Pôle Enfance - École de Musique - Gymnase - Bureau etc...
Constructeurs de Maisons Individuelles - Rhône-Alpes - PACA - Auvergne
Architectes et Bureau d'Etude - Rhône-Alpes - PACA - Auvergne
Promoteurs - Altogestion - Belmont Promotion - Royet Promotion - NEXITY - EIFFAGE - SPIE - LEON GROSSE - FONTANEL - CAPELLI
Bailleurs Sociaux - Loire Habitat - Ain Habitat -Pluralis - Allier Habitat -
DYNACITE - SEMCODA
Experts TGI - Cabinet d'Assurances




mailto:c.ref.baticontrole@gmail.com - Tel: 09 63 07 91 49 - Fax : 04 74 78 24 87